Définition de la techno-music

Définition complète de la techno

 

Article désormais disponible ici : acidose.net

Définition Dance

Définition de la dance music

 

 

Article disponible désormais ici.

 

La musique de danse électronique contemporaine arrête en grande partie des méthodes de production de disques et ses descendants plus purement électroniques – la house, la techno et la trance – les styles qui ont dominé la première vague de musique dance dans les années 1980 et les années 1990.

Source: wikipédia

Plus: Avant la dance music il y avait l'Acid house music ( rien à voir avec la musique Acid de maintenant), une période spéciale qui ne dura pas longtemps à cause de sa réputation sulfureuse. La marque de reconnaissance était le symbole du smylet "acid".Sourire Tous les housers les portait pour les soirées. Ensuite, c'est la space et la dance music qui remplacèrent l'acid house music. Vint ensuite la période rave... Nous verrons tout cela dans l'article consacré à l'histoire de la techno. *A noter que les premiers sons de synthé apparurent dans les années 60 avec Krafwerk.

Yldie.

 

Des clips célèbres de dance-space (années 90-96)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Compilation

 

Définition Trance

Trance progressive et psychédélique

 

 

 

Article disponible désormais ici.

Définition Acid

 

Article désormais disponible ici.

 

 

 

Vidéos Acid Music et New Beat

MMMM, trop bon!!!!

 

1980

 

1988

1987-1989

1988-1990

Trop bon, ça c'est de l'Aciddddddddddddddddddddddddddddddddd

Trop bon!!!

 

1990

Conclusion: La New beat acid est encore meilleur que l'acid house music, je trouve bien plus underground!

Allez encore quelques unes pour la route!

Définition minimale

Définition de la techno minimale music

 

Dérivée de la techno traditionnelle, la techno minimale propose une structure et un champ spectral plus minimaliste. Un tempo plus lent (de l'ordre de 115 à 130 bpm), des variations rythmiques et séquentielles moins fréquentes, une couverture du spectre plus découpée et des basses qui s'étirent en contraste avec des percussions très brèves et aigües sont le propre de ce genre. Depuis le début des années 2000, on assiste à une "déferlante" minimale, partie d'Allemagne et qui s'étend dans toute l'Europe.

Le terme remonte au tout début des années 1970 et recoupe en partie plusieurs genres musicaux, sans les inclure ni en être un sous-genre. Il est généralement utilisé pour qualifier certains albums de musique électronique (principalement l'ambient et certains dérivés comme le chill-out) et parfois de musique New Age.

Source: wikipedia

Plus: Ce style est comme dit plus hauit plus lent, plus tranquille. C'est un son minimaliste.

Vidéos:

 

Et d'autres variantes...

 

Une introspection vers les autres styles (liste non exhaustive)

 

 

Définition hardcore music

La techno hardcore, ou simplement hardcore, désigne une variante de genres musicaux connexes, originellement issus des raves européennes, ayant émergés durant les années 1990. Ces genres musicaux se démarquent généralement des autres courants de musiques électroniques par une plus grande rapidité (160 à 200 BPM ou plus), l'intensité des kicks et des basses (dans certaines musiques dérivées), du rythme et de l'atmosphère, de leurs thèmes (parfois violents), de l'usage de la saturation ainsi que des expérimentations proches de celles conçues par le courant de la musique industrielle.

Origine du terme

Le terme « hardcore » n'est pas nouveau en musique. Il a d'abord été utilisé pour désigner une mouvance plus radicale de punk rock (notamment Black Flag, Minor Threat et Bad Brains) qui, en plus de durcir la musique, attachait également de l'importance à une attitude et un mode de vie à l'image de la rue dans laquelle il était né : violent, underground, mais engagé et sincère. Ce concept sera par la suite repris lors de l'apparition du hip-hop à la fin des années 1980, désignant la frange dure du mouvement, qui observe alors les mêmes caractéristiques : un son plus dur, des paroles engagées, un mode de vie tout entier dédié au respect des valeurs affichées par des rappeurs tels que KRS-One ou Public Enemy. Le terme de « techno hardcore » a d'abord été utilisé par les groupes d'EBM à;GRUMH... et Leather Strip10,11, à la fin des années 1980 bien que leur musique n'ait finalement jamais rien eu à voir avec le hardcore. En 1990, le producteur allemand Marc Acardipane est le premier à se revendiquer de la techno hardcore avec son titre We Have Arrived, souvent considéré comme le titre fondateur du style. Cependant au début de la décennie, les termes « hardcore » et « darkcore » sont également utilisés pour désigner des formes primitives de breakbeat et de drum and bass qui connaissent alors un très grand succès en Angleterre (et dont émergeront plusieurs producteurs célèbres, tels The Prodigy, Lords of Acid ou encore Goldie).

Production

L'évolution d'un morceau de techno hardcore suit en général la structure d'un morceau techno classique, à savoir l'ajout ou le retrait de pistes sonores suivant un cycle de quatre mesures. L'accent est généralement mis sur des coupures ou des baisses d'intensité au cours du morceau souvent suivies d'une montée, à l'instar d'autres genres de musiques electro. Le tempo du hardcore oscille plus rapidement que d'autres musiques de danse, généralement compris entre 140 et 220 battements par minute (BPM), cependant, il n'existe pas de véritable règle en la matière. Il pourra donc être plus lent (notamment dans le genre darkcore), ou au contraire beaucoup plus rapide (dans le genre speedcore et ses sous-genres associés).

La techno hardcore se distingue avant tout par une rythmique fortement mise en avant et des basses très lourdes. Il est surtout apprécié à des volumes très élevés (pouvant aller jusqu'à plusieurs dizaines de kilowatts). Un travail très important est réalisé autour du kick (l'élément le plus reconnaissable de ce genre musical) notamment par des effets de saturation et de filtres, ainsi que sur des basses très imposantes. Les autres éléments rythmiques sont généralement des charlestons et des caisses claires, mais des sons synthétiques imitant des claquements de mains sont également très courants (principalement dans les productions des années 1990). L'usage de mélodies dans le hardcore est moyennement fréquemment : certains sous-genres (notamment gabber et hardstyle) en font grandement usage, il s'agira alors d'une sorte de riff tantôt mélancolique, épique ou au contraire joyeux que le public pourra reprendre en chœur (il s'agit habituellement d'anthem), souvent basé sur le son de synthétiseur « hoover », devenu caractéristique de ces genres. D'autres styles, notamment ceux rattachés à la scène des free parties (frenchcore et hardtek) ne présentent que très rarement de mélodies et mettront alors plus l'accent sur les ambiances et les effets sonores. Des interventions vocales au cours d'un morceau sont très fréquentes, quel que soit le genre : il s'agit souvent de samples tirés de films (généralement à connotation sombre : films d'horreur, de guerre, de science-fiction... mais sont également appréciés des dialogues plus humoristiques), de journaux télévisés, ou autres genres musicaux principalement vocaux comme le hip-hop et le rap, mais il peut également s'agir de paroles écrites et interprétées par le producteur lui-même ou par un MC.

Les thèmes et ambiances peuvent être très variés selon les sous-genres : enjoués (happy hardcore), très sombres (darkcore), hypnotiques (tribe), ou martiaux, violents et profanateurs (gabber). Le genre reste cependant invariablement destiné à être dansé, ne délivre donc pas vraiment de message, et reste généralement ludique. Le hardcore est également célèbre pour citer un grand nombre de musiques. À l'échelle de la musique électronique, il fusionne ou reprend de nombreux éléments sonores caractéristique à la drum and bass, au breakbeat, à l'acid techno et à la trance. En dehors des musiques électroniques, il n'est pas rare de retrouver des éléments de hip-hop, de reggae, de punk rock ou encore de metal extrême. Des reprises de musiques célèbres, quelques fois à des fins parodiques, notamment de musiques de films, musique classique, ou de titres pop, sont également très appréciés, notamment dans le hardcore joué en free party. Le style est principalement produit à l'aide de boîtes à rythmes de marque Roland, telles les fameuses Roland TR-909 et Roland TR-808.

Source: wikipédia

PLus:

Le hardcore se distingue de la techno par sa rapidité, ses basses plus dures et donc bien plus rapides au niveau du tempo. Le hardcore se dissocie en plusieurs sous groupes tels que l'acidcore (avec des pointes d'acid plus ou moins violentes), de la transcore (avec des mélodies, des frottements de basses, parfois on a l'impression que l'on met en arrière les basses, (c'est vraiment trop bon, perso mon style préféré!!) le speedcore (du hardcore deux fois plus rapide), de la gabber (hardcore hollandais), de l'hardcore industriel, du genre bien français comme Manu le Malin, de l'expérimental hardcore (assez glauque et violent), il y a aussi le hardcore des free party, joué en live, comme la hardteck des free, on trouve ce son non pas dans les raves mais dans les free party, c'est-à-dire les raves en pleine air, gratuite, qui sont produitent par des teefers qui vivent généralement dans leur camion où ils trimbalent toutes leurs machines (ordi, boite à rhytme, synthé, etc.).

 

 

 

Vidéos:

Hardcore

Hooligan harcore anciens

 Plus moderne

Acid-transcore (1998-2000)